Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 12:29

Salut à tous,

Cet article, hors de la série canadienne, est inspiré, que dis-je poussé par le désir aussi profond que le désespoir qui s'installe dans ma petite carcasse depuis quatre mois que je suis rentrée en France, de m'indigner mais aussi de parler à haute voix d'une situation qui me frappe de plein fouet.

Aujourd'hui, je ne vais pas vous parler de la cause des femmes, de la cause des migrants, des guerres, de la paix, de la solitude, de la vie, de la mort... Non. Aujourd'hui je vais vous parler de ma lutte pour trouver un travail

Il y a quatre mois, je suis rentrée en France et dans ma naïveté infinie, j'avais dans l'idée que je trouverais un emploi

En effet, ayant tout juste terminée mon année dans une université étrangère (au canada) où j'ai appris avec des professionnels du métier : la communication, la planification stratégique, la gestion de crise, l'événementiel et j'en passe... Qualifications s'ajoutant à celles acquises durant mes années de licence en sciences sociales, industries culturelles, art et sociétés - anciennement Information et communication option culture et médias... (oui, je me suis faite avoir sur la dénomination qui a changé au début de ma troisième année et qui n'a du coup plus RIEN à voir avec mon projet professionnel, mais passons, c'est un autre débat) - où j'ai appris à comprendre les publics, les artistes, le fonctionnement d'une structure, de la culture, des médias, l'histoire de notre culture et les dynamiques qui les régissent. 

Toute cette formation je pensais, bien naïvement sans aucun doute, qu'elle me permettrait de trouver un travail. Si ce n'est bien payé au moins un travail qui me permettrait d'exercer les compétences sur lesquels j'ai planché durant les 3 dernières années de ma vie. Bêtement, en constatant qu'au bout d'un mois mon amie canadienne avait trouvé un emploi dans une boite de communication, je m'étais dit qu'étant donné la situation actuelle de la France, je mettrais 3 ou 4 mois pour trouver quelque chose correspondant de près ou de loin à mon profil. En somme, je ne pensais pas être trop exigeante.

Après quelques recherches et un constat : Je suis mobile, diplômée, motivée, expérimentée (3 ans de blog, un stage en agence de com' et du bénévolat pour celle-ci depuis), jeune, prête à me remettre en question, à apprendre, minutieuse, organisée, propre sur moi, autonome, responsable, sereine face aux difficultés. Je ne trouve rien. J'ai donc élargi mon champ de recherche. Toujours sur la France entière (voire le monde entier) car je ne rechigne pas à bouger, j'ai commencé à rechercher des boulots qui ne demandent pas de grandes qualifications. J'ai postulé sur les sites des boites d'intérim, dans des boutiques de prêt-à-porter, de nourriture, d'objets en tout genre, dans des magasins multimarques, dans des restaurants, des bars, des collectivités territoriales. Et tous m'ont opposé une réponse en trois lettres : NON.

Non pour les intérims car je n'ai pas le permis ci, le BEP ça, je ne suis pas prête à m'engager sur 2 ans (j'ai été idiote de ne pas dire O.K. en attendant mieux, je vous l'accorde mais à l'époque je pensais encore trouver un emploi dans ma branche).

Non pour les magasins et boutiques de vêtements et multimarques car je n'ai pas de diplôme en vente ou je n'ai pas assez d'expériences (entre 3 et 5 ans demandées) pour vendre des vêtements alors que j'ai trois expériences, de courte durée certes, dans la vente qui me valent d'avoir travaillé au moins trois mois complets dans ce métier. 

Non dans les boutiques aussi car en France, un contrat de 10h ne peut pas être donné à quelqu'un qui recherche un emploi car "ce ne serait pas assez payé pour le travail demandé". Il faut être mère au foyer, s'occuper d'un proche, avoir déjà un mi-temps : en somme que ce soit un complément de revenu. Merci la loi.

Non pour les magasins de nourritures et d'objets en tout genre car ils n'embauchent pas et que je n'ai jamais vendu de nourriture. 

Non dans les bars et restaurants car je n'ai jamais fait ça de ma vie.

Non dans les collectivités territoriales car je n'ai pas le diplôme qu'il faut.

Non, parce qu'on ne daigne tout simplement pas donner de réponses et qu'on ne répond pas au téléphone, ni aux courriels.

Et puis, un jour, les galeries m'appellent et me disent qu'ils ont besoin de moi. Ô miracle, mais de courte durée. Ils ont besoin de moi pour faire 3 jours d'inventaire. Non, je ne crache pas sur ces trois jours. J'ai pris beaucoup de plaisir à travailler même si faire un inventaire peut s'avérer éreintant. C'est une autre chose qui m'a dérangée. Je me suis retrouvée dans les coulisses du magasin où j'ai eu accès aux panneaux d'information sur lesquels étaient notées les offres d'emplois. Je me suis donc adressée directement à la responsable du recrutement qui m'avait vu travailler et avec qui je pouvais avoir une conversation. Elle m'a renvoyée vers le site du pôle emploi pour postuler. Ce que j'ai fait. Mais, le pôle emploi ne transmettra jamais ma candidature car je n'ai pas assez d'expérience dans le domaine de la vente. Je ne pourrais donc jamais acquérir plus d'expériences dans ce domaine grâce à cette logique.

Durant les inventaires quelqu'un me dit que le magasin petit bateau( chez qui je suis allée deux semaines auparavant poser CV et lettre de motivation et qui m'a déclaré qu'il ne recruterait pas du tout dans les prochains mois ), recrute. J'y cours et là, je suis FACE à la directrice qui me dit "non, il aurait fallu vous inscrire sur le site car là tous les rendez-vous sont pris". Vous me dîtes que je fais la démarche de me déplacer pour vous rencontrez en personne et vous laissez mon CV et vous me dîtes qu'il n'y a rien pour, deux semaines plus tard, publier une offre sur internet en disant qu'il y a des disponibilités. Tout ça sans prendre la peine de regarder dans votre magasin s'il y aurait peut-être des CV déjà là pour savoir si on pourrait les appeler pour un entretien. J'en demande sûrement trop. Bref, ils ne m'ont jamais rappelé, même après que je sois retournée les voir.

Après cela, je décide, en désespoir de cause, de me rabattre sur des inventaires, je postule donc dans une entreprise qui me prend en contrat à la mission et me fait travailler de nuit à des heures de chez moi pour un salaire à peine majoré et dont le déplacement n'est payé que si l'on se déplace loin ou si l'on conduit. Tout ça en me parlant comme on ne parlerait même pas à une table.

Aujourd'hui je continue de chercher un emploi et ce soir je vais me lever à 2h30 pour être prête à 4h30 à partir à 2h30 de chez moi inventorier un magasin. Je signale que je ne rechigne pas à me lever, ni à me faire mal traiter même si je trouve ça abject.

Tout ça pour dire qu'aujourd'hui j'ai le moral en berne, j'ai rendez-vous avec le pôle emploi en espérant qu'ils me trouvent quelque chose pour payer mon loyer. Parce qu'aujourd'hui je cherche aussi pour payer mon loyer, ma nourriturePas pour payer mes loisirs ou des vêtements, juste mon loyer et ma nourriture. 

Aujourd'hui, je suis un peu déprimée mais je suis optimiste et je suis sûre qu'il y aura un temps meilleur pour moi demain. Ceci dit il faudrait que la météo ait raison pour une fois.

Je terminerai là-dessus car c'est le bilan de ma matinée et de ces 4 derniers mois :

Bonjour, 

Je m'appelle Laurianne Delberghe, j'ai 24 ans, un diplôme en Culture et une spécialité en communication, je tiens un blog régulièrement depuis 2012 et je suis trilingue. Aujourd'hui, je souhaiterais juste trouver un emploi qui me permette d'assurer le loyer du mois prochain et peut être du suivant. 

Merci de m'avoir lu.

 

A tantôt tout le monde. 

 

 

Vous aimez lire Elleaucarré ? Venez me soutenir sur facebook 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pour Qui Se Prend-Elle ?

  • : Elle au Carré
  • Elle au Carré
  • : Bienvenue dans notre Monde. Les vues d'une Chargée de RP sur la vie. A tantôt tout le Monde !
  • Contact

Tu Cherches Quelque Chose ?

Catégories

Pro ? Mon Profil Ici :